Qu’est-ce que la formation professionnelle continue et quel est son but ?

La formation professionnelle continue permet d’acquérir de nouvelles compétences à tout moment de sa vie active, de sécuriser ou optimiser son parcours professionnel ou développer des compétences pour le retour ou le maintien dans l’emploi. C’est une obligation nationale inscrite dans le code du travail. En fonction du statut des bénéficiaires et de leurs besoins, différents plans de formation existent.

Qui a droit à la formation continue et quelles sont les conditions d'accès ?

La formation professionnelle continue s’adresse à tous les actifs ayant quittés la formation initiale : aux salariés, indépendants, chefs d’entreprise et aux demandeurs d’emploi.

Pour les demandeurs d’emploi :

Il faut être inscrit à Pôle emploi et élaborer puis actualiser son projet personnalisé d’accès à l’emploi (PPAE), sous la conduite d’un conseiller. L’évaluation des compétences ou les formations vont être déterminées par le PPAE et le demandeur d’emploi pourra alors bénéficier des formations prises en charge financièrement.

Pour les salariés :

Des plans de formations existent pour se former, que les salariés soient dans le public ou le privé.

Pour les travailleurs non-salariés :

Sous ce statut (indépendant, profession libérale, artisan…), le travailleur verse à l’Urssaf une Contribution à la Formation Professionnelle (CFP) qui lui permet d’accéder à la formation professionnelle via le compte CPF notamment.

Qui finance les formations ?

Les entreprises, les régions et l’état sont les principaux financeurs de la formation professionnelle continue en France. L’assurance chômage, les ménages et l’union européenne avec le fond social européen peuvent compléter le reste.

Depuis 2018, une seule instance, France Compétences, permet de gérer la formation professionnelle continue en France, pour se conformer à la politique de la formation professionnelle élaborée par l’état, les régions et les partenaires sociaux. Elle permet entre autres, d’assurer le financement, le contrôle, la régulation et l’évaluation du système de l’apprentissage et de la formation professionnelle.

Quelle est la durée de ce droit à la formation professionnelle ?

Un actif peut faire valoir son droit à la formation continue de son entrée sur le marché du travail jusqu’à la date à laquelle il fait valoir l’ensemble de ses droits à la retraite. Ces droits à la formation continue ne sont pas cessibles et sont mobilisables tout au long de sa vie professionnelle.

Quels plans existent pour accéder aux formations ?

Différents plans existent pour financer les formations.

Compte Personnel de Formation (CPF) : Tous les actifs disposent d’un compte à leur entrée sur le marché du travail. Le compte s’approvisionne en euros, à raison de 500 euros par an (ou 800 pour un salarié peu qualifié), dans la limite de 5 000 euros (ou 8 000 pour un salarié peu qualifié).

Plan de développement des compétences : L’employeur défini les thèmes et objectifs de la formation pour ses collaborateurs, qui ne peuvent refuser la formation sauf exception sur leur temps de travail.

Projet de transition professionnelle : Tout salarié peut accéder à une action de formation grâce à son PTC dès lors qu’il a travaillé au moins 24 mois dont 12 dans l’entreprise. L’employeur ne peut pas lui refuser mais peut repousser sa formation jusqu’à 9 mois. Après son PTC, le salarié va retrouver au minimum son ancien poste au sein de l’entreprise.

Un travailleur peut également bénéficier d’un congé VAE, d’un congé bilan de compétences ou d’une période de professionnalisation sous certaines conditions.

La montée en compétences est un enjeu majeur chez Campus Skills. Suivez vos salariés ou vos apprenants pour les accompagner dans leur acquisition de nouvelles compétences.

Dans le même sujet

10 points à vérifier avant de choisir votre livret d’apprentissage

10 points à vérifier avant de choisir votre livret d’apprentissage

Choisir le bon livret électronique d'apprentissage va au-delà de la simple sélection d'une plateforme. Cet article explore les éléments essentiels à prendre en compte pour garantir le suivi d'apprentissage. Du suivi personnalisé à l'interactivité, de la sécurité des...

Ecrire un cahier des charges de LEA : les bonnes pratiques

Ecrire un cahier des charges de LEA : les bonnes pratiques

L'achat d'un livret électronique d'apprentissage est une étape cruciale dans le processus d'intégration de nouvelles technologies éducatives. Pour garantir le succès de cette acquisition, la rédaction d'un cahier des charges précis et exhaustif est essentielle. Cet...

ERP et Livret Electronique d’Apprentissage : quelles différences ?

ERP et Livret Electronique d’Apprentissage : quelles différences ?

Dans le monde professionnel de la formation, deux termes reviennent fréquemment dans les discussions : ERP et Livret Electronique d'Apprentissage (LEA). Bien que ces deux outils jouent un rôle crucial dans la gestion des informations et des processus, ils sont souvent...

Une question ?

Demandez une démo personnalisée pour le Livret Electronique d’Apprentissage ou pour le eportfolio de compétences

6 + 5 =